Allonger le temps de travail : retour sur les 35h

15-12-2016  

La réforme des 35 heures a été proposée en France par le gouvernement Jospin en 2000. Mais certains candidats à l’élection présidentielle française, comme François Fillon, veulent supprimer cette réforme. Quelles sont les enjeux et mécanismes derrière ce projet ?

Le fait d’augmenter le nombre d’heure implique-t-il forcément une augmentation salariale ?

Pas nécessairement. Travailler plus… sans gagner plus. Une idée qui n’est pas nouvelle, à l’image d’Emmanuel Macron qui a subi de violentes critiques quand il a proposé cette idée alors qu’il était ministre de l’Economie. C’est un projet ultra libéral qui revient de manière cyclique et qui est souvent proposé par des candidats de droite. Travailler plus n’est en effet pas forcément synonyme de salaires gonflés. Certains experts arguent que travailler plus ne serait qu’une façon de rattraper un retard sur d’autres pays du monde, pour rester compétitif face à la mondialisation.

Le taux de chômage est élevé en France, de l’ordre de 10%. Ne vaudrait-il pas mieux baisser le nombre d’heures travaillées et embaucher plus de gens ?

Travailler plus ou travailler moins, dans les deux cas il est en théorie possible de créer de l’emploi. « En travaillant moins, on laisse la possibilité aux entreprises de mieux distribuer le temps de travail. Elles peuvent embaucher du personnel nouveau ce qui peut permettre, par effet de levier, de réduire le chômage et le taux d’inactivité, explique Pierre Georis, sociologue et secrétaire général de la Fondation Travail-Université. Dans le pire des cas, réduire le temps de travail peut parfois permettre à certaines entreprises d’éviter des plans de licenciement ».
Mais travailler plus permet également d’augmenter le nombre de postes, si on part du principe que cela favorise la croissance. « Le pouvoir d’achat augmente -pour peu que les salaires suivent l’augmentation d’heures travaillées-, la consommation est en hausse et des emplois directs et indirects sont créés ».

Les 35 heures en 5 dates clés

Depuis le 1er janvier 2002, dans toutes les entreprises, le temps de travail des salariés à temps plein est de 35 heures par semaine. Mais en réalité, un employé peut toujours dépasser ce quota sachant que ses heures supplémentaires seront majorées ou proposées sous forme de congés payés.

Selon Eurostat, en 2015 les Français travaillaient en moyenne 40 heures par semaine.

Mais ce n’a pas toujours été le cas. Au fil des années, le temps de travail a évolué.

Quel temps de travail maximum ?

Selon le droit Européen, le temps de travail hebdomadaire ne peut dépasser 48 heures en moyenne, heures supplémentaires comprises. Depuis 1998 et le premier vote d’une loi permettant la réforme des 35 heures en France, on remarque que le temps de travail par an a logiquement diminué ces 17 dernières années. En Belgique, le temps de travail par semaine autorisé (en moyenne annuelle) est de 38 heures. Et même si le nombre d’heure a diminué depuis 1998, il est naturellement supérieur à celui de la France, et ce, depuis 2003.

Evolution du temps de travail depuis 1998
Create line charts

En comparaison aux autres pays d’Europe, la France était le pays où l’on travaillait le moins en 2015. Les salariés à temps plein de France ont travaillé 1646 heures par an selon les chiffres d’Eurostat. Mais en terme d’heures de travail hebdomadaire, la France se situe dans la moyenne basse. Ce résultat peut être expliqué par des politiques différentes en termes de congés, ce qui signifie que les Français ont plus de semaines non travaillées que d’autres pays européens.

Create your own infographics

 

Jalil Chaouite et Thibaut Di Zinno

 

Archives