économie

Ecolo-Groen à Berchem-Sainte-Agathe : les élections des prémices à la prestation de serment.

15-11-2018   De beul Valentine

Maison communale de Berchem-Sainte-Agathe Crédits photo De Beul Valentine

 

Dans les rues de Berchem-Sainte-Agathe, il ne reste que quelques affiches témoins de cette campagne électorale pleine de rebondissements. Pourtant, pour les candidats, les choses sérieuses ne font que commencer. Nous avons cherché à savoir comment fonctionne une campagne électorale de ses prémices jusqu’à l’avènement du 2 décembre, la prestation de serment.

 

 

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, lunettes et plein air

Photo officielle de la campagne des élections communales 2018 – Crédits photo Katia Van Den Broucke

 

 

 

Création d’une liste

De septembre à octobre 2017 le parti procède à la création de la liste. Les membres se réunissent en assemblée générale et élisent les personnes qui occuperont les places stratégiques de la liste, à savoir les quatre premières car elles offrent une grande visibilité et les deux dernières, occupées  généralement par des personnes d’expérience et souhaitant apporter leur soutien.

Comment le programme est-il créé ?

Les membres d’Ecolo-Groen consultent le milieu associatif de la commune afin d’établir un programme correspondant aux réels besoins du terrain. « Chacun est libre d’amener ses idées et l’on procède ensuite à des votes pour déterminer quels seront les points que nous retiendrons pour la liste. Nous souhaitons également être cohérent avec ce qui est proposé dans les autres communes ».

Vient ensuite la campagne en tant que telle. Dans un premier temps, la campagne se fait sur les réseaux sociaux, ensuite les candidats se rendent dans divers endroits de la commune pour parler de leur programme.

Le jour des élections

Chaque partis à des représentants dans les différents bureaux de vote afin de s’assurer que tout se déroule dans les règles. Il n’est pas rare de trouver des cartes de visites de candidats, oubliés souvent par mégarde par des électeurs, dans les isoloirs. Ces représentants s’assurent donc de vérifier les isoloirs régulièrement afin que ceci n’ait pas d’influence sur les votes de électeurs suivants. A 16 heures, un témoin politique de chaque parti se rend à la maison communale afin d’assister au dépouillement. Au même moment, les autres membres d’Ecolo-Groen se réunissent en assemblée générale.

Les résultats : l’heure des négociations 

Katia, tête de liste Ecolo-Groen, a récolté 429 voix. Un score

épatant mais pas suffisant. Il faut donc trouver un accord avec un autre parti. Ecolo-Groen se veut transparent et si accord pré-électoral il y a eu, le parti en informe les électeurs avant les élections. Deux options se présentait le MR ou et la liste du bourgmestre. Le MR s’est rapidement retiré. Le soir des élections, les négociations ont duré toute la nuit. Le parti envoie ses négociateurs rejoindre ceux de la liste du bourgmestre, ils ne peuvent quitter les lieux que lorsqu’un accord est signé. Finalement, les documents sont transmis au secrétaire communal et sont rendus officiels. Entre-temps l’assemblée générale s’est poursuivie et l’accord est validé par les autres membres du parti.

 

On fait les comptes

Pour le 13 novembre, chaque parti doit avoir rentré ses dépenses de campagne au tribunal de première instance. Vous avez jusqu’au 28 novembre pour aller consulter les chiffres sur place et si besoin, introduire une réclamation.

Timeline Dark
Infogram

 

 

 

 

 

Archives

Créations éditoriales