politique

La montée du mouvement écologique : Vert une nouvelle conscience politique ?

Le réchauffement climatique, une réalité indéniable. (Julien Marcy)
29-11-2018   Julien Marcy

Lors des élections communales de 2018, Ecolo-Groen a remporté 160 des 695 sièges communaux à Bruxelles, soit 23%. Une victoire remarquable mais pas étonnante.

Le 8 octobre, soit six jours avant les élections communales, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) publie son rapport alarmant sur le climat. En vu des propos tenus par le Premier ministre Charles Michel au lendemain des communales, il ne paraît pas incongru de faire un rapprochement entre la sortie du rapport et la victoire des Verts.

L’exception qui confirme la règle

Si la victoire d’Ecolo-Groen semble traduire un changement de cap politique plus général, c’est en partie parce que ce 14 octobre la déferlante verte ne s’est pas arrêtée aux frontières de la Belgique. En effet, le même jour avaient lieu les élections législatives au Grand-Duché de Luxembourg ainsi que les élections régionales en Bavière. Les deux élections ont été marquées par une avancé historique des Verts aux dépens des partis chrétien-conservateurs et libéraux.

En vert et contre tous ?

Affirmer qu’une véritable révolution verte est en train de renverser le paysage politique global serait imprudent. La sortie des États-Unis de l’accord de Paris et la possibilité que le Brésil suive le pas sous prétexte de protéger sa souveraineté nationale sont autant d’indices que l’idéologie écologique a encore du chemin à faire. En revanche, ce qui semble certain c’est que la question du climat touche un public de plus en plus large et s’immisce dans les discours politiques les plus divers, à en croire le dernier discours du président français Emmanuel Macron et le nombre de participants prévu pour la marche pour le climat ce dimanche à Bruxelles.

Archives

Créations éditoriales