L’art d’attirer l’attention ou une stratégie frontiste

10-11-2016  

Afin d’être le plus visible possible au sein de l’espace médiatique français, Florian Philippot, vice-président du FN multiplie les déclarations polémiques. À six mois du scrutin, les intentions de vote en faveur du parti d’extrême droite se multiplient.

Depuis le 7 Novembre, les femmes travaillent pour rien jusqu’à la fin de l’année. En moyenne, elles sont payées 15% de moins que les hommes pour le même poste. Certaines d’entre elles ont cessé symboliquement de travailler.

Dès lors, toute la classe politique s’est indignée de cette différence de traitement. Florian Philippot, vice-président du Front National, se fait défenseur de la cause féminine sur le plateau de Télématin.

  • « Le Front National est un parti féministe, il défend les droits des femmes et l’égalité homme/femme face au travail »

FAUX

Les exemples sont légion. Faut-il rappeler que le FN a voté contre la loi sur l’égalité réelle entre hommes et femmes ?

Il a également voté contre la loi sur le harcèlement sexuel. Selon Philippot, « ce ne sont pas des lois qui améliorent la condition des femmes.»

Le parti d’extrême droite annonce clairement sa position anti-IVG. Marine Le Pen dénonce depuis plusieurs années les « avortements de confort ». Sa nièce, Marion veut supprimer les subventions du planning familial, assurant que ces mouvements banalisent l’avortement.

Douteux pour un parti politique qui assure défendre le droit des femmes.

Qu’en est-il de l’égalité au travail ?

En plus d’un immobilisme exprimé par leur vote, les cadres du Front National encouragent les femmes à rester chez elle pour s’occuper de leurs enfants. « Ça aurait l’avantage de donner une meilleure éducation à nos enfants et de sécuriser nos rues parce qu’ils ne traîneraient pas », selon Dominique Martin, eurodéputé du FN.

Selon Christian Deblomme, ancien professeur de sciences politiques à l’université de Lille, Florian Philippot a tout intérêt, comme Marine Le Pen, à faire du FN un parti qui puisse rassembler le maximum d’électeurs potentiels. « Le parti d’extrême droite n’a jamais été le porte-drapeau du mouvement féministe. Sa déclaration s’apparente à du populisme. Dans la course à la présidentielle, tout est bon pour récupérer les voix d’un maximum d’électeurs ».

Pour achever la démonstration, un site internet qui référence les positions du Front National sur le droit des femmes a vu le jour il y a peu.

  • « L’UE est la zone la moins protégée au monde. On est aujourd’hui les idiots du monde ! « 

À NUANCER

Friand d’un regain d’une souveraineté nationale plus forte que jamais, Le Front National, ici représenté par son vice-président Florian Philippot, critique frontalement la politique de l’espace Schengen.


Source: Comprendre l’espace Schengen en 4 minutes par lemondefr

En effet, l’accord prévoit une libre circulation des personnes entre les États signataires sans aucun contrôle. Cependant, les États signataires peuvent se permettre de rétablir des contrôles frontaliers en cas d’atteinte à l’ordre public ou à la sécurité nationale. Les récents événements tragiques qu’ont connu la France et la Belgique sont des exemples marquants du rétablissement des contrôles frontaliers au sein même de l’espace Schengen.

Il est clair que l’amplitude relativement élevée de liberté de mouvements au sein de l’espace peut être critiquée, mais le faire de manière aussi démesurée est caractéristique des propos émanant du FN. « La sécurité ne passe pas uniquement pas des contrôles constants, mais également sur une forme de suivi des personnes déjà présentées comme « à risque », dans le cadre de la lutte actuelle contre le terrorisme », souligne Christian Deblomme.

Le Front National surfe donc sur cette vague d’insécurité tant ressentie au niveau européen, et prône un hypothétique retour à un état « sécuritaire » et « sécurisé » par une augmentation drastique des contrôles et un abandon pur et simple de l’Espace Schengen.

Antoine Pontrandolfi & Mehdi Toukabri

Archives