politique

Le Menu (de succès) du Ptb à Anderlecht: luttes à kilomètre zéro et candidats de communautés

15-11-2018   Alessia Capasso

À Anderlecht la section locale du PTB est passé du 1,7% jusqu’au 14,7%. En pratique, de zéro élu du 2012 aux 7 des élections communales 2018. Une de meilleures performances à Bruxelles. Nous sommes allés découvrir les Menu qui a assuré ce succès.

Quels ont été les ingrédients fondamentaux de la croissance du PTB à Anderlecht? Dans cette Commune le PTB est passé de zéro à 7 élus, en conquérant le 14,7% de voix. On a posé la question à Olivier Fellemans, militant du PTB depuis 2002 et candidat (non élu) le 14 Octobre passé. Voilà le menu qu’il a nous donné en expliquant un tel succès.

Entrée.Capitale sympathie’ et resaux sociaux.

« Une partie de notre succès dérive d’une capitale de sympathie générale pour le PTB». Marxiste oui, mais il faut toujours avoir un capitale à mettre à disposition. Une communication effervescente et facile à partager à joué son rôle sur les réseaux sociaux.

Boissons. Ouvrir une section. Et participer au prix d’une bières 33.

La section du PTB à Anderlecht a été ouverte en 2012. Pas de local physique, mais les membres, désormais 140, se réunissent régulièrement. Selon leur niveau d’engagement. Et d’argent. Le coût: 20 euro pour les sympathisants, 60 euro par an (donc 5 euro par mois) pour les membres actives. Donc au prix d’une 33 c’est possible participer au coeur des décisions territoriales.

Plat principal. Mobiliser les jeunes selon leur priorités.

Comment obtenir une résultat concret? En luttant sur le terrain, avant que dans le conseil communal. Olivier revendique comme une victoire du PTB la baisse de loyer des logements communales à Les Treffles. Le loyer (d’environ 1500 euro) était devenu insoutenable pour une bonne partie des familles. Après deux ans de mobilisation, le prix a été baissé: d’environ 400 à 600 euro, selon la taille des appartements.

Écoutez ici la démarche des batailles du PTB anderlechtoise.

Accompagnement. Interroger les citoyens. Sans leur mettre de notes, ni des amendes.

Avant la campagne électorale, les activistes on diffusé un questionnaire, pour découvrir les priorités des citoyens. Quelle réponses? Un citoyen sur quatre demandait une meilleure propreté dans une commune considéré très sale. Si les autres partis ont pointé le doigt contre les citoyens irresponsables, en promettant plus d’amendes, le PTB a mis en lumière une proposition pour augmenter les investissements et l’éducation. Pas trop d’espace pour la répression.

⚠️Pour augmenter un peu plus ses recettes, la commune d'Anderlecht demande à ses balayeurs de rue de sanctionner les…

Geplaatst door PTB / PVDA Anderlecht op Zondag 30 september 2018

 

Dessert: Choix des candidats: femmes et communautés.

Quatre élus sur sept sont des femmes. Et elles ont toutes d’origines étrangères (de deuxième ou troisième génération). Olivier reconnait que les communautés d’appartenance ont contribué à leur succès, mais le PTB a évité der conduire une campagne directe sur l’antiracisme ou l’identité. ‘Nous n’avons pas posé des questions ni des limites concernant la religion ou les croyances philosophiques des jeunes qui voulaient s’engagés avec nous – révèle Olivier – C’était notre manière de reconnaitre à tous et à toutes un droit d’appartenance au 100% à la Belgique».

Le candidats du PTB n’ont pas gagné la confiance totale de la population, et ils promettent de continuer leur luttes à l’opposition, dans le conseil et premièrement dans la rue. Mais la montée de ces élections reste exceptionnelle. Comment l’expliquer? Pour faire de la bonne cuisine, ce n’est pas nécessaire obtenir trois étoiles Michelin. Nous avons l’impression que des recettes traditionnelles peuvent résulter appétissantes, grâce à des ingrédients à kilomètre zéro et une mise en place contemporaine.

Archives

Créations éditoriales