Marine Le Pen, l’imprécise

15-12-2016  

La candidate d’extrême droite était présente mercredi dernier sur le journal de 20H de TF1. Face à Gilles Bouleau, la candidate s’est montrée très critique. Marine Le Pen condamne le bilan « catastrophique » du président sortant. Très à l’aise, la présidente du Front national minimise même la dangerosité de ses adversaires aux présidentielles.

Lancée dans son analyse, Marine Le Pen a critiqué fermement le bilan de François Hollande et a simplifié certaines informations notamment sur la dette et les frontières françaises.

« Rien n’a été fait pour rétablir les frontières et donc préserver le pays d’une immigration qui est de plus en plus lourde»

  • C’est exagéré

Depuis les attentats du 13 novembre 2015, la France a été autorisée par le Conseil de l’Union européenne à rétablir ses frontières. L’Hexagone a également été autorisé à suspendre les principes de libre circulation sur son sol. Ces mesures ont été prolongées le 11 novembre 2016 par ce même conseil.

Espace Schengen : Pays ayant rétablit leur frontières
Create your own infographics

« Un bilan assez spectaculaire (…) avec une aggravation de la dette »

  • Oui, mais …

Certes la dette est passée de 1868 milliards à 2098 en 5ans. Mais trois points viennent éclairer cette déclaration.

Premièrement la dette a cru dans la plupart des pays après la crise de 2008. «  Ce qui est plus intéressant, c’est de comparer l’évolution de la dette française avec celle des autres membres de l’Union européenne », explique Sébastien Gonçalves, professeur en macroéconomie.

Deuxièmement, le déficit budgétaire a constamment baissé depuis le début du quinquennat de François Hollande. Le déficit budgétaire alimentant la dette publique, si le déficit est en baisse alors la dette croit moins vite.

 

Troisièmement, pour encourager la croissance, la BCE a fixé ses taux directeurs à des niveaux négatifs de –0,40 % : les meilleurs états membres, dont la France fait partie, empruntent à des taux négatifs jusqu’à 7 ans ! Donc, pour le moment, plus la France emprunte, plus elle gagne de l’argent et plus son déficit baisse !  Le coût de l’emprunt se transforme donc en bénéfice.

Au total la question n’est donc pas le niveau absolu de la dette, mais plutôt l’évolution du déficit budgétaire et sa sensibilité au niveau des taux de la BCE.

 

Create column charts

 

Evolution de la dette publique
Create column charts

Lola Fourt & Benjamin Cohen 

Archives