économie

Pouvoir d’achat : un ressenti paradoxal

En cette période d'achats, 54% des belges considèrent que leur pouvoir d'achat a diminué en 2018. (FLICKR/LUC LEGAY)
13-12-2018   Adrien Girard, Victoire Wawrzyniak, Gauthier Descamps, Baptiste Bodier

Un Belge sur deux estime que son pouvoir d’achat a baissé en cette année 2018. Pourtant, le salaire moyen brut n’a cessé d’augmenter ces dix dernières années

En cette fin d’année 2018, les tensions sociales sont au plus haut, en témoignent notamment la crise des « gilets jaunes » et la grève nationale de ce 14 décembre. De nombreux sujets socio-économiques préoccupent la population : hausse des prix du carburant, de l’électricité et du gaz, …  et pouvoir d’achat.

Un Belge sur deux considère que le « pouvoir d’achat » est en baisse, selon le « grand baromètre politique » du Soir. Ce sentiment est la plus fort en Wallonie (67 %) et à Bruxelles (54 %). Une habitante de Namur nous confirme : “Mon pouvoir d’achat n’a pas augmenté. Il y a de plus en plus de taxes. Le diesel est de plus en plus cher et comme tout est plus cher on ne voit pas le pouvoir d’achat augmenter”.

En Flandre, l’impression est tout de même moins élevée (47 %). Le sentiment des belges se vérifie-t-il par les chiffres ? Pourquoi les flamands ne partagent-ils pas la même impression que les wallons ?

Le pouvoir d’achat est un indice qui permet de connaître le revenu disponible d’un ménage. Il dépend donc du revenu brut -auquel on soustrait les taxes et les cotisations- et de l’inflation.

Le pouvoir d’achat moyen en Belgique n’a pas diminué, mais il dépend beaucoup du profil de consommation des ménages. Ludovic Dobbelaere, économiste au Bureau fédéral du Plan, l’institut public de prévision et d’analyse des politiques publiques, explique : “Dans les ménages à faible revenu, une part importante du capital disponible est mis dans les charges énergétiques, l’eau, l’électricité ou le gaz. Quand le prix de l’un ou l’autre augmente, il influe sur le reste du budget”.

Infogram

Untitled infographic
Infogram

Infogram

Sur cette répartition des charges, “les Wallons et les Flamands ne sont égaux”, ajoute Ludovic Dobbelaere. En effet, la fiscalité flamande serait beaucoup plus avantageuse que celle de son voisin francophone, si l’on se fie aux chiffres de la Commission de Régulation de l’Électricité et du Gaz (Creg). Ce qui expliquerait le sentiment plus fort de baisse de pouvoir d’achat chez les Wallons.

Le pouvoir d’achat va continuer à augmenter l’année prochaine d’environ 1,9 % selon les prévisions du Bureau Fédéral du Plan, un institut public de prévision et d’analyse des politiques publiques. Non seulement le salaire brut sera plus élevé, mais le gouvernement mettra la main à la poche par le biais de diminutions fiscales. Le Bureau Fédéral du Plan estime que les prix de l’énergie devraient se stabiliser au cours de l’année 2019. Concrètement, le taux d’épargne pour les ménages devrait augmenter pour la première fois depuis 2009.

 

Archives

Créations éditoriales