société

Saint-Josse-ten-Noode : la commune où jeunesse et chômage cohabitent

Façade de l'administration communale de Saint-Josse-ten-Noode (Crédit: Luna Macken)
13-12-2018   Luna Macken Marine Spanu Florian Vander Stichelen

A Bruxelles, la commune de Saint-Josse-ten-Noode enregistre le plus haut taux de chômage et la moyenne d’âge la plus basse. Des données qui interpellent et s’expliquent notamment par la forte précarité de la commune.

Saint-Josse-ten-Noode, commune du centre de la Région bruxelloise, fait souvent parler d’elle. Plus petite commune de Bruxelles avec ses 1,1 km2, elle accueille pourtant près de 23.900 habitants par km2 et 122 nationalités différentes.

Saint-Josse, est également la commune avec la moyenne d’âge la plus basse mais aussi le taux de chômage le plus élevé des communes bruxelloises.

  (Source : IBSA, 2017)

(Source : Actiris, 2017)

La commune est consciente de ces chiffres et a mis au point plusieurs dispositifs d’aide de recherche à l’emploi dont l’ASBL Mission Locale de Saint-Josse-ten-Noode.

Une précarité notable

Si le taux de chômage est particulièrement élevé à Saint-Josse, c’est notamment en raison de la forte précarité présente. La commune se retrouve à la dernière place de la liste du revenu moyen net par habitant le plus élevé. Le public est considéré comme fragilisé, infra-scolarisé et éloigné du marché du travail.

Selon Adèle Essoh, directrice de l’ASBL, plusieurs raisons expliquent ce taux de chômage élevé de la population de Saint-Josse : “Les tennoodois sont majoritairement immigrés et à faible qualification. Ils sont aussi probablement plus soumis à la discrimination à l’embauche et n’ont pas toujours une bonne maîtrise du français et du néerlandais”.

Le chômage à la baisse chez les moins de 25 ans

Néanmoins, les chiffres de ces dernières années démontrent une baisse du chômage chez les jeunes à Bruxelles mais aussi à Saint-Josse-ten-Noode.

Infogram

Evolution du taux de chômage
Infogram
(Source : Actiris, 2018)
Malgré ce statut de commune la plus pauvre et le taux de chômage le plus élevé de Bruxelles, les tennoodois considèrent qu’il fait bon vivre dans leur petite commune. Georgiana Ardelean, habitante de Saint-Josse de 23 ans le confirme : “Saint-Josse est l’incarnation de la mixité : roumains, brésiliens, marocains, portugais, aucun voisin de mon immeuble n’est belge. Même pas moi ! La vie dans mon quartier est colorée, agitée, accueillante et très agréable.” Les habitants de la commune sont heureux de toutes ces cultures qui se mélangent et qui, selon eux, est une richesse.
Archives

Créations éditoriales