Baisser l’obligation scolaire pour réduire la pauvreté

04-02-2016   Magazine
Trois ans. C’est l’âge obligatoire auquel les enfants pourraient désormais aller à l’école en Belgique.  Selon un rapport d’information, approuvé lundi à l’unanimité en commission du Sénat, abaisser l’âge de la scolarité obligatoire contribuerait à réduire la pauvreté. Le rapport souligne également l’importance de la période précédant la scolarité des enfants.

Carte de l’âge de scolarité obligatoire dans les pays de l’Union européenne

L’obligation de scolarité pourrait passer à 3 ans, contre 6 actuellement. La demande d’établissement d’un rapport pour une coopération entre le pouvoir fédéral et les entités fédérées dans la lutte de la pauvreté infantile en Belgique a été introduite le 25 février 2015 au Sénat. C’est la sénatrice Ingrid Lieten (sp.a) qui est à l’initiative de cette demande, qui résulte d’un constat : 20,8 % des Belges risquent de basculer dans la pauvreté. Un chiffre plus élevé que dans les autres pays européens.  La commission a donc eu une année pour se pencher sur le sujet et étudier les différents facteurs liés à la pauvreté infantile. D’après leurs conclusions, un abaissement de l’obligation scolaire à 3 ans favoriserait la lutte contre cette pauvreté.

Abaissement de l’obligation scolaire, mais pas sans mesures complémentaires

Pour Maud Dominici, responsable des droits de l’enfant à Unicef Belgique, l’objectif est louable, mais l’abaissement de l’âge scolaire obligatoire n’est pas suffisant. Elle explique : « Il faut réfléchir de manière encore plus large. Abaisser l’âge de la scolarité serait contre-productif si les mesures nécessaires qui l’accompagnent sont négligées. Il faut un personnel et des infrastructures adaptés : le qualitatif ne doit pas être impacté au dépend du quantitatif  ». Elle reconnait elle aussi l’importance du « pré-scolaire » : « Actuellement, les enfants n’allant pas à l’école avant les primaires sont des enfants issus de familles plus pauvres. Ils arrivent donc en première primaire avec un retard évident, sans préparation, et éprouvent alors des difficultés ».

Le 24 février prochain, une conférence de presse sera organisée au Sénat concernant les émissions destinées aux enfants et la presse pour les jeunes. Les recommandations du rapport seront présentées par la même occasion. Si une proposition de loi est votée en ce sens, la Belgique deviendra le pays de l’Union européenne avec la scolarité obligatoire la plus longue et la plus précoce.