Cumuls à Forest : le PS l’emporte

02-03-2017  

Deux tendances s’opposent au sein du Conseil communal de Forest : le PS est le parti qui cumule le plus de mandats contre un MR qui tente de l’éviter.

Françoise Père et Rachid Barghouti. Voici deux membres qui aiment cumuler les mandats. Alors que Françoise Père et ses 31 mandats ne se fait rémunérer que pour d’eux d’entre eux, Rachid Barghouti lui a 8 mandats rémunérés sur 13. Cela fait beaucoup, d’autant plus qu’au PS, les élus ne sont pas censé cumuler plus de 3 mandats rémunérés.

Capture d’écran 2017-03-02 à 11.20.33

Le cumul des mandats est la pratique qui consiste pour un homme ou une femme politique à exercer simultanément plusieurs mandats, qu’ils soient rémunérés ou non. Ce phénomène de cumul des mandats est très régulier à Bruxelles, qu’il s’agisse de bourgmestres, échevins ou conseillers communaux. Une répartition qui se fait par groupes politiques. Certains conseillers communaux sont dans l’incapacité d’occuper une autre fonction que celle de conseiller. Par conséquent, la répartition se fait alors sur un plus petit nombre de personnes, qui cumulent donc plusieurs mandats. D’après Pascal Delwit, politologue à l’Université Libre de Bruxelles, l’appartenance à la majorité ou l’opposition détermine le nombre de mandats cumulés : “A Forest, la majorité est une alliance entre le Parti socialiste, Ecolo et DéFI. Le MR est dans l’opposition, ce qui peut expliquer pourquoi ils ont moins de cumuls. Tandis qu’à Uccle, le MR est dans la majorité et là on constate qu’ils ont plus de cumuls de mandataires“.

Pas de cumuls au MR à Forest : Une décision interne du groupe

Michel Borcy est vice-président du MR de Forest et chef de groupe au conseil communal. En “Fin de règne” comme il dit, sa commune, il la connait bien, tout comme ses élus. Au MR de Forest il n’y a pas de cumul de mandats, sauf en cas d’obligation. Cela vient du fait qu’ils ont pris la décision entre eux de ne pas autoriser les cumuls. Il explique.

« Par exemple, lorsque l’un d’entre nous doit commencer un mandat au CPAS (centre public d’action sociale), il doit être remplacé. C’est notre règle. Pas de cumul. Par contre, il arrive évidemment que le cumul soit obligatoire. Dans mon cas, j’ai été mandataire au conseil de police car il faut obligatoirement que ce soit un conseiller communal. Corinne de Permentier, est la seule à cumuler car elle est aussi députée.  »

Quant aux 31 mandats de Françoise Père, il relativise. « Parfois, les ASBL ont besoin de membres en fonction de leur compétence. De plus il faut que ce soient des membres du collège. Ce qui mène parfois à de nombreux mandats. C’est le cas de Françoise Père, mais elle n’est pas rémunérée pour tous ces mandats.  »

Et Rachid Barghouti dans tout ça ? « J’ai un jour discuté avec le bourgmestre sur ce cas Barghouti. Il m’a dit que puisqu’il n’avait pas eu la place d’échevin, il fallait bien lui trouver des mandats par ci par là. Mais vous savez, entre partis on ne se mêle pas trop des affaires des autres. »

Concernant l’enjeu déontologique de ces cumuls, il avoue trouver ça parfois dangereux. Cela mène selon lui à des conflits d’intérêt qui peuvent être « malsains ». « Dans des cas comme ça, certaines relations ont inévitables et ce n’est pas sain pour la commune. Maintenant qu’ils soient rémunérés ou pas, c’est un problème qu’ils règlent avec leur électorat.  »

Acar Florence, Linon Fanny, Ben Amar Sarah

Crédit photo : Yann Riché / Flickr

Archives