société

L’environnement par le social, une évidence pour Ho Chul

10-12-2015   Magazine

Une utopie collective et sociale. C’est comme ça que définirait sa coopérative agricole Agricovert, l’administrateur délégué, Ho Chul Chantraine. Un responsable qui rêve d’économie participative pour soutenir l’agriculture paysanne locale.

Ho Chul Chantraine et son camion sur le campus de l’ULB.  –  crédits photo : Richard De Wulf

L’idée de créer une coopérative agricole n’était pas le but de vie initial d’Ho Chul Chantraine. Ce projet, concrétisé il y a quatre ans, a longtemps mûri chez l’administrateur et créateur de la coopérative Agricovert. En mettant en place son initiative, qui est devenue collective, Ho Chul Chantraine s’est vite rendu compte que la demande d’une économie locale de qualité était importante. « Nous avons d’abord créé un site web qui fonctionnait très bien. Ensuite, nous avons de manière logique lancé la coopérative définitivement pour solidifier le projet. L’idée est que cette coopérative soit collective. C’est essentiel, j’y tiens vraiment », explique Ho Chul Chantraine.

“Il est vraiment pédagogue”

Cette fascination pour le monde agricole est venue de ses études effectuées à la faculté universitaire de Gembloux. En effet, agronome de formation, il est spécialisé dans la défense des végétaux. Un objectif qu’on retrouve aujourd’hui dans son travail même si au départ, ce domaine ne lui plaisait pas forcément. « J’ai eu une formation solide à Gembloux, mais le côté théorique de cette formation ne me bottait pas tellement », insiste Ho Chul Chantraine. Aujourd’hui, le côté environnemental qu’il a pu étudier le sert dans les contacts qu’il entretient avec les producteurs et les consommateurs qui ont rejoint la coopérative. Une connaissance des produits importante qu’il utilise également lors ce qu’il rencontre des étudiants puisque c’est lui qui vient vendre les produits sur le seul marché qu’organise la coopérative, le mardi à l’Université libre de Bruxelles(ULB). « Il connaît vraiment bien les marchandises. C’est vraiment agréable de discuter avec lui et d’en apprendre plus sur ce qu’on consomme. Il est vraiment pédagogue », explique Thibaut, étudiant à l’ULB. 

“L’insertion professionnelle est essentielle”

En venant à la rencontre des universitaires, Ho Chul Chantraine veut encourager une sensibilisation active des circuits courts dans l’économie agroalimentaire. Une démarche qu’il base sur un lien de confiance avec tous les acteurs du circuit. Cet acte citoyen trouve aussi son origine dans son parcours professionnel. En effet, après ses études, l’administrateur délégué d’Agricovert a découvert un aspect beaucoup plus social en travaillant sur des projets d’agriculture dans les prisons. C’est de là que vient la partie sociale de la coopérative. Cet aspect est un des principes fondateurs de d’Agricovert. « Je pense que l’insertion professionnelle pour les personnes peu qualifiées est essentielle. La valeur de respect pour l’environnement et pour les gens est centrale dans ce projet de coopérative que j’ai lancé. Il me correspond totalement », complète Ho Chul Chantraine. Aujourd’hui, sous son impulsion, la coopérative a développé des emplois pour les personnes peu qualifiées. Un objectif que s’était fixé directement l’administrateur d’Agricovert. Une manière donc de lier le respect de l’agriculture paysanne de « chez nous » et l’insertion sociale, deux valeurs personnelles essentielles pour Ho Chul Chantraine.

Sans titre

capture d’écran de la page Facebook d’Agricovert.

 

Post publié par la page Facebook d’ Agricovert le mardi 8 décembre 2015 : “le panais dans tous ses états)… ;) âme sensible s’abstenir ;) (trouvé dans une caisse de nos producteurs…) en exposition a agricovert ! !”

 

 

Créations éditoriales