L’essentiel sur la tornade Trump

11-02-2016   Décodage
Première victoire électorale pour Donald Trump dans le camp républicain. Le favori a largement dominé ses adversaires lors des primaires du New Hampshire mardi. Tour d’horizon de cette victoire et focus sur le phénomène Trump.

Donald Trump a remporté les primaires du New Hampshire haut la main mardi dernier. Il balaie ses adversaires républicains avec 35 % des votes, devançant de vingt points son dauphin John Kasich. La verve de Trump, son langage outrancier et sans langue de bois et ses préoccupations sociales ont fait du milliardaire un des favoris dans le camp républicain. Cette victoire dans le New Hampshire ne signifie pas que Trump va gagner les primaires républicaines.  Mais l’homme d’affaire à ses chances.

Que signifie cette victoire ?

L’élection primaire de l’état du New Hampshire a longtemps marqué le début officiel de la course à la présidence. Elle représente traditionnellement un premier test important pour les candidats, confortant les uns comme favoris ou obligeant les autres à reconsidérer leur place dans la course. Et c’est donc un test réussi pour le milliardaire américain Donald Trump. Cette victoire affirme ce dernier comme étant un candidat sérieux dans le parti républicain.

L’importance de cet Etat est uniquement symbolique, le New Hampshire ne pèse en effet pas lourd dans la balance. Avec ses un peu plus d’un million d’habitants et un nombre de délégués élus proportionnel à ce chiffre, le New Hampshire représente une petite partie de l’électorat total.

Pourquoi Trump plaît-il aux américains ?

Raccourcis simplistes, approximations et propos souvent racistes, tels sont les éléments qui caractérisent le discours de Donald Trump. Pourtant c’est indéniable, le milliardaire plaît. Une étude réalisée par le Washington Post tente d’avancer certains éléments de réponses sur le pourquoi d’une telle popularité.

Capacité de changer les choses, honnêteté ou encore proches des préoccupations des citoyens, Donald Trump est souvent loin devant ses concurrents et ce n’est pas tout.

Pour une partie des américains, il serait également plus à même de gérer l’économie, la régulation des banques ou encore les menaces terroristes. L’écart avec ses concurrents est souvent très significatif.

Trump s’exprime aussi sans filtre langagier. Selon Rachel Mardsen, chroniqueuse politique canadienne, c’est justement ce franc-parler qui plaît aux américains : « Trump a une vision claire des choses et il ne la cache pas. Même si on est pas d’accord avec lui, on sait exactement ce qu’il pense. Les américains aiment beaucoup ça. » Trump a construit sa réputation sur ses propos sans concessions, taclant aussi bien ses propres concurrents républicains que des minorités ethniques ou religieuse.

Mais justement, qui sont ses principaux concurrents ?

Elections présidentielles ou télé-réalité à l’américaine ?

« The race to the White House. » Comprendre : « La course à la Maison Blanche. »  C’est la future docu-série bientôt sur CNN…

Plus qu’un événement, les élections américaines sont donc un phénomène qui passionne les foules. La chaîne CNN retransmet la plupart des débats présidentiels et transforme le processus électoral en un véritable feuilleton suivit par des millions de téléspectateurs. Il faut dire que les élections américaines sont les élections les plus médiatisées au monde.  Les débats entre les différents candidats à la présidence sont retransmis en direct sur des plateaux télévisés gigantesques avec un public venu en nombre. La mise en scène est grandiose. Les candidats rivalisent de verve et de tirades, c’est à qui saura couper le sifflet de l’autre.

Dans un tel contexte, un candidat outrancier et provocateur comme Trump ne peut que s’épanouir. Plus ses propos font le buzz,  plus son audience s’élargit. Sans oublier que l’homme est un ancien animateur d’une émission de télé-réalité.

Trump président : quelles politiques internationales ?

  • En Russie

Trump se dit prêt à commencer de nouvelles relations avec la Russie. Il a d’ailleurs lancé : « J’aurais d’excellentes relations avec le Kremlin ». Ce à quoi le président russe, Vladimir Poutine a répondu : « Trump est un homme brillant. »

Voir Trump sur Poutine

  • Le monde musulman

Peu après la tuerie de San Bernardino aux États-Unis, Trump a déclaré vouloir fermer les frontières aux musulmans. Trump surfe sur une opinion américaine qui estime  à 56 % que l’Islam ne serait pas compatible avec « les valeurs et le mode de vie » américains. Une telle proposition a été critiquée aussi bien du coté démocrate que chez les républicains.

  • La Frontière mexicaine

Trump en a fait sa priorité. Construire un mur le long de la frontière mexicaine  pour stopper l’immigration illégale et le faire financer par le Mexique. En théorie. « Nous aurons un mur. Ça fonctionnera. Vous n’avez qu’à demander à Israël. Le mur, ça fonctionne, croyez-moi. »…

  • Daesh

Le candidat républicain est frileux quant à l’intervention américaine en Syrie : « Laissons la Russie nous débarrasser de Daesh ». Il préconise par ailleurs de bombarder les réservoirs à pétrole du groupe islamique.

  • Protectionnisme

Trump souhaite ramener les emplois américains « de Chine, du Mexique, du Japon, de  beaucoup d’endroits. » Il taxerait également de 20 % les biens importés aux USA.

 

Séraphine Charpentier-André et Benoît Deplasse