société

Pour Ismaël Khoury, “rien ne se perd, tout se récupère”

Ismaël Khoury, 28 ans, est l’un des six joyeux lurons à l’origine du Collectactif, une association qui milite contre le gaspillage alimentaire. Rencontre avec un jeune homme engagé et profondément humain. 

Crédits photo : Eugénie Herbreteau

« Quand tu arrives à la maison, pas la peine de sonner, tu entres directement », lance Ismaël par téléphone. D’emblée, l’esprit qui émane du Collectactif est posé. À 28 ans, Ismaël est l’un des fondateurs d’un projet associatif anti-gaspillage. Ancien sans-papier d’origine marocaine, il a survécu pendant des années en récupérant de la nourriture au hasard de ses errances, glanée ci et là. Nos poubelles, c’était son assiette. Loin de s’indigner contre la quantité d’aliments jetés, il cherche au contraire le moyen de réutiliser intelligemment ces produits propres à la consommation. Ismaël vit aujourd’hui au sein d’une communauté qui prône l’auto-gestion et l’auto-suffisance.

Récupération, partage, transformation

En 2013, l’idée lui vient de lancer un projet social de lutte contre le gaspillage alimentaire. Épaulé par cinq copains de galère – eux aussi anciens sans-papier – il lance le Collectactif. Le concept est simple : récupérer les invendus auprès des marchés et supermarchés bruxellois pour offrir une solution durable contre le gaspillage alimentaire. Une dizaine d’enseignes soutient le projet, à l’exemple du magasin BioPlanet ou du marché des Abattoirs d’Anderlecht. Le sourire aux lèvres, Ismaël n’est pas peu fier d’annoncer que chaque semaine, grâce à la collaboration de marchands charitables, près d’une tonne et demie de nourriture est amassée. Le succès de leurs « missions récup’ », comme il aime les nommer, leur permet non seulement de préparer des repas, mais aussi de redistribuer une importante quantité de nourriture auprès des nécessiteux. Des actions de redistribution sont ainsi organisées chaque samedi en plein cœur de Bruxelles, aux Allées du Kai.

Table d’hôtes

Une fois par semaine, Ismaël met ses talents de cuisinier au service de tous. Chaque mercredi soir, les membres du Collectactif organisent une table d’hôtes. Ils ouvrent les portes de leur « squat » situé à Uccle, en plein quartier huppé, à tous ceux qui le désirent. Le prix est libre : tout le monde peut venir manger un repas chaud gracieusement cuisiné par Ismaël et sa tribu. Car le Collectactif a grandi : l’association compte aujourd’hui plus de 20 membres. Tous vivent en communauté dans cette maison délaissée par un promoteur immobilier surchargé.

maison du Collectactif

Crédits photo : Collectactif

Ismaël tient à mettre l’accent sur l’aspect écologique de leur initiative, notamment sur l’importance de maintenir un réseau local. La structure circulaire mise en place par le Collectactif est particulièrement respectueuse de l’environnement. Au lieu d’incinérer le surplus alimentaire qui arrive à péremption, il est réintégré dans le circuit de consommation. Thibaud, étudiant en sociologie, a rejoint cette joyeuse communauté il y a plus de six mois. Il aime parler d’Ismaël en insistant sur son « esprit d’équipe et son humilité ». Ce soir, Thibaud est en charge de la confection des pizzas, cuites dans un four à l’ancienne généreusement donné par un restaurateur à la retraite.

Pizza au feu de bois

Créditsphoto : Eugénie Herbreteau

La soirée touche à sa fin et Ismaël a l’air heureux – de nombreuses personnes sont venues le féliciter pour sa cuisine. Néanmoins, il n’oublie pas d’où il vient : “j’ai toujours une pensée émue pour les gens qui dorment dans la rue”. La nuit, plutôt douce pour un mois de décembre, s’achèvera comme à chaque fois par une jam session.

 

 

 

Eugénie Herbreteau

Créations éditoriales