Thomas et les Tricoteurs de la Tricoterie

La Tricoterie : Fabrique de Liens, culturel et citoyen. 
24-11-2016   Magazine
La Tricoterie située à Saint-Gilles est un espace culturel basé sur les rencontres à travers des disciplines et des publics d’univers différents. Thomas Delvaux, gérant-coordinateur m’a raconté les enjeux de son activité citoyenne.

Thomas Delvaux m’a chaleureusement accueilli dans ses locaux. Nous nous sommes installés dans un coin de la salle, les “Tricoteurs” étaient en action. Un événement privé était prévu, une sorte de séminaire d’entreprise.Tout le monde autour de nous était en mouvement, mais cela n’a pas gêné notre rencontre.

Thomas m’a tout de suis mis à l’aise et m’a parlé de ses projets de façon explicite. Ainsi, j’ai pu comprendre les réels enjeux de la Tricoterie.

La Tricoterie vous rapproche

La Baseline de cet établissement reste très évocatrice.

La Tricoterie se veut en effet être une « Fabrique de liens » : un lieu de rencontre où les disciplines et les publics divers se croisent, dans un esprit d’échange et d’émulation. Ils sont à l’initiative d’expériences, de réunions conviviales sous forme d’activités ludiques et culturelles. Ces rassemblements créent alors une mini-communauté de quartier.

Un modèle économique équilibré

Au niveau économique, la Tricoterie défend un modèle, basé sur le principe des vases communicants, alternant activités événementielles et activités socioculturelles, avec à la fois un auto-subventionnement et des subsides publics ponctuels. La Tricoterie est en constante recherche d’équilibre de son modèle économique. Idéalement, les gérants auraient aimé proposer des activités culturelles tout au long de l’année mais c’est économiquement difficile.

Ils sont donc dans l’obligation de proposer les services de leurs salles et bar pour organiser des évènements privés, concerts, conférences, etc.

Une approche environnementale rigoureuse

En parallèle, les « Tricoteurs » ont une approche durable dans leur positionnement. Ils souhaitent mettre du sens et une réflexion dans leurs pratiques évènementielles. Ils cherchent une certaine cohérence.

Une réflexion sur la mobilité et l’impact écologique des évènements, par exemple.

Extrêmement engagés dans le développement durable, ils proposent ce que l’on appelle une alimentation durable : des boissons et aliments issus de l’agriculture biologique, fairtrade de saison. Et leur établissement est orné de bois, conçu à partir de matériaux respectueux de l’environnement.

La Tricoterie et ses Repair Café

La Tricoterie lutte contre la surconsommation et l’obsolescence programmée. En organisant des « Repair Café » tous les 1er lundi du mois.  La Tricoterie, revendique avec ses événements Repair Café le « partage de savoirs ».

Comme le dit Idriss Aberkane «  1 connaissance + 1 connaissance amène systématiquement à une tierce connaissance  ». Et c’est cela à quoi veut répondre Thomas en organisant ces événements. Quand on partage un bien matériel on le divise, quand on partage un bien immatériel (la connaissance) on le multiplie.

Le savoir faire doit se partager, afin de lutter contre l’obsolescence programmée et la surconsommation. Une dizaine de bénévoles vous accueillent tout au long de l’année à la Tricoterie pour les Repair Café. Electricien, couturier, mécanicien se côtoient avec un seul et même objectif : lutter contre la surconsommation.

Prochain rendez-vous, lundi 7 décembre prochain.

Venez réparer vos robots de cuisines cassés, vos pantalons troués ou vos lecteurs dvd disloqués.